Les Bosses du 13 – 167km – 3ème

« La Mondialette » comme la surnomme les coureurs, c’est donc pour moi une première participation aux bosses du 13 en tant que leader du trophée label d’or, j’étais donc dans l’obligation d’y figurer.
On comprend très vite une fois l’aire de départ rejoint pourquoi les coureurs la renomme ainsi, on sent l’air du sud ici sur les hauteurs de Marseille. C’est tendu pour certain et on sent une certaine nervosité dès le depart.

Un départ fictif de deux kilomètres pour rejoindre le pied de la première difficulté du jour le col de la Gineste. Un départ qui se veut arrêté, dix bonnes minutes avec le réel, c’est long !

Je suis mal placé mais arrive très vite a remonter sur un trottoir ! je retrouve alors la tête de la course et les principaux rivaux du jour : Cyrille Pottier, Michel Roux, Tony Mesure et Patrick Fiorentino pour les Locaux, David De Vecchi toujours avec moi cette saison, l’homme fort de la saison : Stefano Sala, William Turnes vainqueur de la Dromoise, quelques coureurs du parcours intermédiaire Paul Emile Lorthioire, Dorian Lopez(futur vainqueur du 130) et les professionnels Benjamin Giraud et Maxime Bouet.

Sous l’impulsion de l’Italien, la course se décante très rapidement. Au col de la gineste pourtant très roulant, nous sommes une vingtaine de coureurs. Je sens que les jambes sont plutôt bonnes meme si apres une nuit relativement courte j’ai la tête dans le gaz ! quelques petites accélérations me permettent de vraiment rentrer dans la « course ». Car ici le profil s’y prête cela roule vite. Si tot le sommet passé c’est Benjamin Giraud qui va se mettre en tête de peloton pour effectuer la descente. Une belle descente sur route bien large, contrairement à la drômoise la semaine dernière. Malheureusement sur le bas de celle ci, un coureur tape une voiture juste derrière moi ; cela s’empile. Trop de risque pour certain qui jouent leur vie … cela refroidit un peu.12080319_1479037502237766_6214433890649021184_o

Des petites bosses s’enchainent avant la seconde belle difficulté du jour : le col de l’espigoulier.

Assez rapidement William Turnes plante une attaque. On décide alors de laisser faire Stefano Sala qui ne cesse d’attaquer depuis le départ, peu importe le terrain : il ne se pose pas de question.

C’est ainsi que se poursuit l’ascension de l’Espigoulier : sans se poser de question pour ce dernier, relayé par moi William et Patrick Fiorentino. Au sommet nous sommes une petite dizaine avec les hommes précédemment cités. Une descente dans un premier temps sinueuse mais peu pentue nous amène a plan d’aups. C’est ici que William plante une attaque après de nombreuse tentatives toujours, de l’italien Stefano Sala. L’effort se coupe et il prendra alors 2’. Derrière cela roule par à coups mais moins vite qu’un homme seul. Une descente rapide avant de revenir sur une portion plus plane. L’entente est très mauvaise. Personne ne veut rouler.

Tony Mesure s’echappe en contre poursuivit par Sala. Je ne suis pas avec eux, je n’y vois pas bon …

L’écart monte à 1’30 », William, Stefano et Tony devant, s’ils allient leurs qualité c’est terminé vu l’engagement des coureurs comportant notre groupe…

Vient alors la seconde montée de l’Espigoulier. Une montée en deux parties qui dure une bonne vingtaine de minute.
Très vite Patrick impose le tempo relayé par moi puis par Maxime Bouet puis que nous deux. On revient alors rapidement a 25 sec en haut de la premiere partie. Le groupe ayant explosé, il n’y a plus que : David De Vecchi et Florian Hudry, inaperçu jusqu’alors qui suivent. On revient dans la dernière partie sur Stefano Sala et William Turnes sous un bon gros tempo de ma part. Fiorentino cédant sur celle ci mais revenant avec l’aide de Maxime Bouet sur le replat au sommet.

12006689_1479041655570684_8084470791478936599_o

La descente se fait plutôt tranquille. Cela permet a Michel Roux et Cyrille Pottier de revenir une 15aine de kilomètres après celle ci. Sans mal vu que cela ne roule pas trop. Des attaques de Stefano Sala font élevé le rythme mais c’est tout. Il faut alors attendre la dernière difficulté : la remontée du Col de la Gineste. Bien que peu dure elle suffira a faire la sélection. Dès le pied Florian Hudry plante une banderille. J’y vais sans trop de problèmes. Il coupe son effort alors je me met en tête pour imprimer un tempo.

Derrière à ma surprise cela pète dans tous les sens. En fait tout le monde était un peu cuit mais s’accrochait sur les bosses roulantes. Florian Hudry plante une seconde attaque et je n’y vais pas pour voir qui peut y aller. Erreur plus personne ne peut y aller. J’accélère alors trop tard, d’autant que la pente se fait très légère et le vent soufflant de face. Juste David De Vecchi emboite ma roue. On se relaye mais les relais ne sont pas assez appuyé pour espérer se jouer la victoire. On décide d’arriver ensemble main dans main pour ‘fêter’ notre saison au coude à coude chaque week end. Je le laisse passer second n’ayant plus rien a espérer au challenge vélo101-DT swiss. 11221924_1047121461973250_6825679599721239281_o

Troisième donc de cette belle Cyclosportive, où je me suis vraiment fais plaisir sur un terrain pas au mieux de ma convenance. J’ai commis certaines erreurs qui me coutent la victoire je pense mais comme je dis toujours : c’est en faisant des erreurs qu’on apprend !

Prochain rendez vous dimanche à la Scott Cimes du lac d’Annecy pour mon 43ème dossard de la saison !

Résultats : 
Capture d’écran 2015-09-29 à 08.27.12
Capture d’écran 2015-09-29 à 08.23.02

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s